ra-5ea301e0d29f8171

Publié le mardi 12 avril 2022

Les emplois écologiquement utiles attirent les jeunes

La prise en compte des enjeux environnementaux dans l’entreprise est jugée importante à différents niveaux par plus de 8 jeunes âgés de 18 à 30 ans sur 10, selon une étude Harris Interactive, menée en mars 2022 pour le collectif Pour un réveil écologique.
Plus de 4 sur 10 estiment notamment qu’il est «très important» que les entreprises s’engagent dans un effort de transparence sur la prise en compte des enjeux environnementaux dans leur secteur d’activité (42%).

Ces attentes se retrouvent dans la demande formulée par plus de huit jeunes de 18 à 30 ans sur dix que les entreprises associent leurs salariés à la définition de la stratégie de l’entreprise (84%) et aux décisions portant sur les enjeux environnementaux (80%).

Quand ils se projettent eux-mêmes dans leur rôle au sein de l’entreprise dans laquelle ils travaillent ou travailleront, les jeunes de 18 à 30 ans déclarent majoritairement qu’il est important que leur (future) entreprise prenne en compte les enjeux sociaux (86%), éthiques (82%) et environnementaux (86%). Un regard partagé aussi bien par les jeunes actifs occupant un emploi que par les lycéens et étudiants.

Lors de la recherche d’un emploi, les jeunes âgés de 18 à 30 ans indiquent apporter une importance à certains critères, notamment le salaire et les avantages financiers (critères prioritaires ou importants pour 90% des jeunes de 18 à 30 ans dont 63% de «tout à fait prioritaire») mais également l’ambiance de travail (61% de «tout à fait prioritaire»), l’autonomie (54%) et les possibilités d’évolutions (53%). Au-delà des conditions matérielles et des perspectives pour l’avenir, le sentiment d’avoir un emploi utile à la société (45% de «tout à fait prioritaire») et qui respecte l’environnement (39%) sont un peu moins citées. Mais elles n’en demeurent pas moins des conditions importantes pour plus de 8 jeunes sur 10.

D'ailleurs, les deux tiers des jeunes de 18 à 30 ans (65%) se disent prêts à renoncer à postuler dans une entreprise qui ne prendrait pas suffisamment en compte les enjeux environnementaux. Il s’agit d’une position partagée par les jeunes quelle que soit leur situation socio-professionnelle (lycéens et étudiants, actifs en emploi ou chômeurs ayant déjà travaillé). «Entre l’intention déclarée à froid et le refus d’un poste il peut y avoir des différences. Elles ne gomment cependant pas l’état d’esprit général des jeunes vis-à-vis de ces enjeux», souligne Harris Interactive.

Par ailleurs, 69% des jeunes âgés de 18 à 30 ans indiquent qu’ils seraient prêts à changer d’emploi pour occuper un emploi qui soit écologiquement utile.

Et 63% des lycéens et des étudiants seraient prêts à changer de formation ou à prolonger leurs études pour se former aux enjeux environnementaux et/ou à un métier écologiquement utile.

Emmanuel Charonnat

 

Consulter les principaux graphiques de cette étude sur CB Expert

 

Méthodologie:
L’étude a été réalisée en ligne du 8 au 15 mars 2022, auprès d’un échantillon de 2078 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans à 30 ans. La méthode des quotas et le redressement ont été appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).